« Sober October » : 31 jours de régénération

Renoncer à l’alcool pendant tout un mois a sans aucun doute des bienfaits. Cette durée peut cependant aussi paraître bien longue pour un amateur de bière. Heureusement, nous avons quelques astuces en réserve pour adoucir ton « Sober October ».

Les actions et les défis visant à renoncer à l’alcool pendant un mois ne sont pas nouveaux. Le « Dry January », qui vise à réparer les ébauches des fêtes de fin d’année et qui est parfois combiné à un régime vegan, s’est déjà établi depuis des années. Désormais, l’abstinence est également de mise en octobre. Du point de vue du timing, c’est tout à fait compréhensible : nous venons de profiter d’un merveilleux été de festivals, nous avons passé de nombreuses soirées de fin d’été dans les Biergarten et nous avons également fêté comme il se doit le retour de l’Oktoberfest – une petite pause ne peut que faire de bien. Et c’est bien normal. Le « Sober October », c’est-à-dire l’octobre sobre, t’aide à te régénérer, et ce pour une bonne cause. Tu peux quand même t’autoriser une petite bière de temps en temps, car il existe des alternatives sans alcool extrêmement savoureuses.

D’où provient le « Sober October »?

Nous souhaitons tout d’abord dissiper les erreurs potentielles : le « Sober October » n’a aucun lien avec l’Oktoberfest. En effet, l’organisation australienne Life Education a lancé en 2010 la campagne « Oc-sober », encourageant les jeunes de l’État du Queensland à renoncer à l’alcool pendant tout le mois. L’organisation britannique MacMillian Cancer Support s’est inspirée de cette idée et a transformé le jeu de mots en une rime. Elle a en outre appelé tous les participants au « Sober October » à faire don à son organisation de l’argent qu’ils auraient dépensé en alcool durant ce mois et à aider ainsi les malades du cancer.

Mais tu n’as pas besoin de vivre en Australie ou au Royaume-Uni pour participer au « Sober October ». Il n’est pas non plus nécessaire de le faire dans le cadre d’une action caritative spécifique. Il est tout à fait légitime que la bonne cause soit ton bien-être personnel.

Sans alcool, mais pas sans bière

Tu dis : « Ça a l’air bien cool, mais un mois sans bière, ça n’a pas l’air très excitant » ? Crois-nous, nous te comprenons parfaitement. Heureusement, avec notre sélection de bières sans alcool, nous avons un atout dans notre manche qui est difficile à battre.

La Brooklyn Special Effects surprend par son arôme de pin et sa note finale amère mais agréable. Cette lager se combine parfaitement avec une salade et du poulet grillé – parfait pour se débarrasser des quelques kilos en trop.

La Schneider Weisse Alkoholfrei est la bière des sportifs d’endurance – demande nos amis de l’Engadin Skimarathon. Cette boisson désaltérante isotonique corsée sent le miel et les champs de blé et propulse ta salade de saucisses au niveau supérieur.

Le Super Bock 0.0 est d’ailleurs un autre excellent désaltérant à la fin d’une activité sportive, et séduit par son goût fruité rafraîchissant.

 

Avec la Valaisanne Sans Alcool, la Suisse a elle aussi une digne représentante en matière de bières sans alcool. Cette création bien houblonnée se distingue en effet par ses arômes tropicaux et surtout par sa couronne de mousse blanche compacte – histoire de bien se rincer l’œil.

Mais si tu veux une bière plus douce et plus épaisse, tu peux opter pour la Grimbergen 0.0. Cette bière d’abbaye équilibrée est ton compagnon idéal pour l’apéritif et les plats légers.

Depuis un an, Guinness propose également une alternative sans alcool avec la Guinness 0.0. Le processus de brassage est le même que pour la Draught, mais grâce au procédé de filtration à froid, l’alcool est retiré en douceur de la Guinness 0.0. Ainsi, le goût unique de la Guinness est parfaitement préservé.

Mais il y a bien de l’alcool, non ?

Tu as certainement remarqué que certaines de ces bières ne sont pas totalement sans alcool. En effet, elles présentent une teneur en alcool allant jusqu’à 0,5 %. La teneur en alcool dépend de la technique de brassage : soit on retire ultérieurement l’alcool de la bière, soit on arrête le processus de fermentation avant qu’une teneur en alcool de plus de 0,5 % ne se forme (pour en savoir plus, clique ici).

D’un point de vue juridique, ce taux d’alcool de 0,5 % est également la limite supérieure pour pouvoir être qualifiée de bière sans alcool. Ce taux d’alcool est également totalement inoffensif pour l’aptitude à la conduite – après tout, une banane bien mûre contient autant d’alcool . De ce point de vue, tu peux en toute bonne conscience recourir à notre sélection pour la poursuite de ton « Sober Octobre ».

Sur ce: santé, au plaisir sans alcool !