Bel Air Sour: This is the one for you

Les bières acides connaissent une popularité croissante. Avec Bel Air Sour, Brooklyn Brewery propose un délice d’été merveilleusement émoustillant ! 

Non, chaque bière n’a pas la même «efficacité» lors d’une belle journée ensoleillée d’été. Si l’idée de jus d‘orge rafraîchissant te tient à coeur, tu devrais essayer la bière acide. Presque passée aux oubliettes, elle jouit à nouveau d’une popularité sans cesse croissante, notamment auprès des amateurs de bière plus sophistiquée. L’exemple le plus populaire du moment est la Bel Air Sour de la maison Brooklyn Brewery, affectueusement surnommée «Happy Juice» par l’iconique maître brasseur Garrett Oliver. Elle vient par ailleurs de recevoir la médaille d’or dans la catégorie «Kettle and Simple Sours» au New York State Craft Beer Competition.

Il n’est cependant pas si simple de décrire le goût de la bière acide, surtout à quelqu’un qui n’en a jamais bu. Au nez, des notes de fruit de la passion, litchi et autres fruits tropicaux se font remarquer, tandis que l’arrière-goût, agréable et pâteux, est légèrement acide. Ce petit chef-d’œuvre est le résultat d’un stockage à froid ultérieur et d’une souche de lactobacilles spécialement cultivée, qui permet d’obtenir des arômes extraordinaires. Avec son caractère léger et frais, la Bel Air Sour se marie parfaitement à, par exemple, une assiette de salade de poulpe magnifiquement arrangée, à un blanc de poulet grillé, ou même à un délicieux sorbet, car ce qui caractérise la Bel Air Sour le mieux est l’effet surprise ! Au fait, à savoir pour ton prochain «pub quiz» : la Bel Air Sour doit son nom à une ancienne voiture du directeur du laboratoire de Brooklyn, Andrew Bombard, une Chevrolet Bel Air classique.

Mai qu’est-ce que la bière acide ?

Une question pourtant si simple à laquelle il n’y a pas de réponse simple. Pour la faire simple quand même : les bières acides ont toutes un goût acide d’une certaine gradation. Cependant, cette description est vraie pour toute une panoplie de styles de bière bien différents, certains ayant même une tradition séculaire. Si l’on devait nommer un pays spécialiste en la matière, ce serait la Belgique. Contrairement à ses voisins européens, l’amour des belges pour la bière acide n’a jamais délaissé. C’est d’ailleurs de Belgique que vient le représentant le plus important de style de bière : le lambic. Il est non seulement considéré comme l’un des styles les plus complexes de tous, mais sert également de base à d’autres bières acides comme la Gueuze, la Faro ou la Kriek.

L’Allemagne a également une certaine expérience de la bière acide, sous la forme de la célèbre Berliner Weisse. Vous avez probablement entendu le nom surtout en combinaison avec l’ajout «mit Schuss». Il s’agit soit de l’aspérule, soit du sirop de framboise, qui est ajouté pour adoucir un peu l’acidité. Les vrais connaisseurs, cependant, n’ont qu’un doux sourire pour cela et se passent de ce doux focus de bon goût. Pendant ce temps, les brasseurs artisanaux du monde entier essaient de nouvelles variétés de bières propres. Aux États-Unis, par exemple, on parle de «American Spontaneous Ales», «Wild Ales» ou «Sour Ales» ; la Bel Air Sour compte également parmi ces dernières.

Brassage de la bière acide : fermentation spontanée et bactéries lactiques

Dans pratiquement tous les cas, son acidité est due à l’acide lactique ou à des bactéries apparentées qui pénètrent dans la bière pendant le processus de brassage. Vous connaissez probablement le lactobacille dans un autre contexte : il joue un rôle important dans la production de yaourt. La plupart des types de bière aigre ont un autre point commun : l’alcool est produit par fermentation spontanée avec des levures dites sauvages, telles que les brettanomyces. Lorsque les gens ont fait leurs premiers pas dans l’art de la brasserie, cette forme de fermentation était la norme. Après avoir failli disparaître au fil du temps grâce à des procédés de brassage de plus en plus précis, elle gagne à nouveau en importance et nous apporte une diversité supplémentaire en matière de bière.

Enfin, un conseil pour tous les novices à la bière acide : il est conseillé de choisir une variante accessible telle que le Bel Air Sour ou une Kriek. Après tout, nous avons été habitués à des saveurs qui n’ont rien d’acide tout au long de notre vie d’apprenti zythologue. Aller droit à une variation extrême comme un Lambic pourrait être trop exigeant envers des papilles gustatives inhabituées. Ainsi, même si la décision finale t’appartient entièrement, nous t’encourageons à ne pas manquer au plaisir de la bière acide !